Tang

Pâtés Impériaux [Cock Brand]

pates-imperiaux-cock-brand

Parmi les petites chinoiseries que l’on aime bien prendre chez Green Garden ou Tien Hiang, il y a les incontournables Pâtés Impériaux… Alors quand on a trouvé cette boite au rayon surgelé de chez Tang Frères, nous n’avons pas pu résister. Surtout à ce prix là ! 2,50€ les vingt pièces ? Whaou ! Pas d’additifs, pas de traces d’œuf ou de lait, pas de glutamate. Forcément on fonce !

Pour les réchauffer, c’est simple : un coup de friteuse ou simplement dans une poêle avec un bon fond d’huile. Forcement, c’est un peu gras, mais bon… Le résultat est un peu décevant en termes de goût. Oui, c’est fade dans l’ensemble, rien des légumes présents ne ressort vraiment. C’est donc d’un intérêt gustatif très limité. Par contre, la texture est très honorable. Cela relègue donc ces pauvres petits Pâtés Impériaux de chez Cock Brand au rang de « support pour sauce » type Sriracha.
 
En conclusion, nous préférons largement ceux qui sont proposés dans nos restaurants vg-asiatiques habituels.

Compsition :
Choux, carottes, céleri, taro, pousses de bambou, champignons noirs, pâtes de soja, vermicelles de soja, galettes de froment, épices.

Prix 2.50€ pour 500 gr. (Magasin Tang Frères)

Boulettes de « poisson » [Cock Brand]

Dans la série « je n’aurais pas dû », je vous présente une curiosité trouvée au détour du rayon des surgelés des supers-marchés Tang Frères. Nous vous avions déjà parlé des spécialités végétaliennes issues de cette enseigne, mais pas encore de cette chose ! Bien sûr qu’on aurait dû se méfier, comment avoir confiance dans un produit avec le mot « poisson » écrit dessus ?!

Dans l’emballage, ça semble pourtant sympa, des petites boulettes blanches que l’on imagine facilement pouvoir cuisiner de moult manières. Mais cela se gâte dès l’ouverture de l’emballage : une immonde effluve poissonneuse et ammoniaquée s’en est immédiatement échappée. Tout cerveau normalement constitué reçoit donc le message « attention, pas bon ». Nous n’avons pas fait exception à la règle mais nous avons voulu savoir, pour vous lecteurs ! Oui, nous avons le sens du sacrifice. C’est donc après relecture des composants et rassurés par la totale absence de poisson ou d’arôme douteux que nous avons consentit à poursuivre l’expérience.

La simplicité pour ce genre de chose étant de mise, c’est revenues dans un peu de matière grasse, sel et poivre que quelques boulettes ont été préparées. Chose curieuse, l’atroce odeur de marée disparaît à la cuisson. Ce qui nous a redonné un peu de confiance pour la suite, dans la perspective de la dégustation.

En bouche le goût n’est pas très fort en étant curieusement immédiatement écœurant. La texture n’arrange rien à l’affaire puisqu’on a l’impression de mâcher du blanc d’œuf surcuit auquel on aurait rajouté une texture mi-fibreuse, mi-caoutchouteuse.  En gros, pour ceux qui s’en souviennent, c’est un hybride entre le calamar et le blanc de coquille Saint-Jacques, Beurk !

Nous n’avons pas eu le courage de cuisiner l’intégralité du paquet, s’il y a des volontaires nous serons heureux de vous offrir gratuitement cette expérience extrême !

Composition :
Poudre d’igname, eau, amidon de maïs, sucre, sel, huile végétale, huile de sésame, épices.

Prix 3.95€ pour 400 gr. (Magasin Tang Frères)

FacebookTwitterHelloCotton Instagram